Tempête au haras

Jean-Philippe est né et a grandi parmi les chevaux : ses parents sont éleveurs dans un haras.  Bébé, il n’ arrête de pleurer que lorsque la jument Belle Intrigante est près de lui, puis il apprend à marcher avec elle… Très tôt passionné par les chevaux, il rêve de devenir jockey.

Mais un jour, un jour d’orage, un accident va briser son rêve…

Ce roman fait partir de la catégorie sloop de la 4ème édition de Lire au 17.

Tempête au haras de Chris Donner, collection Neuf de l‘école des loisirs.
Publicités

10 commentaires sur “Tempête au haras

  1. Ce livre m’a intéressé mais j’ai trouvé que c’était un peu trop réaliste. Je n’ai pas aimé que le jockey prenne la place de Jean-Philippe.

  2. j’ai beaucoup aimé ce roman, je trouve ça touchant qu’au début de ce livre le garçon n’est pas handicapé et quà partir du milieu du roman, il devient handicapé. Je pensais que le poulain qui né au début deviendrait le cheval principal dans le roman! bravo à l’auteur!!!

  3. j’ai bien aimé ce livre car le personnage va devenir handicapé et tempête (son cheval) va en une chose l’aidé, je vous conseil ce livre !

  4. Tempête au haras

    Ce livre m’a appris (du coté documentaire) comment vivaient les chevaux.L’auteur a voulu nous faire comprendre qu’il ne faut jamais se laisser faire, qu’il faut parfois prendre son courage à deux mains et reprendre sa place.Ce qui m’a plu dans ce livre c’est que cela nous apprend que l’on peut partir d’un tout petit point insignifiant pour en arriver à un tout autre où tout le monde nous remarque.Ce qui ne m’a pas plu dans ce livre c’est qu’il n’y a pas d’imprévu, on devine tout à l’avance et du coup, ce n’est pas trop palpitant.Certains mots font que l’on devine tout à l’avance.

    Mélodie Lacoumette

  5. Tempête au haras

    Tempête au haras est un livre passionnant et c’est aussi un livre émouvant. Il montre à quel point il ne faut pas désespérer et que tout est possible même quand on est handicapé. Il faut toujours persévérer; il faut toujours croire en soit parce que quand on veut on peut. Je pense que Mr donner a voulu dire qu’ il ne faut pas baisser les bras ce livre m’a vraiment touché.

    Benjamin Chautard

  6. Pingback: La sélection sloop | Lire au 17 - 5e édition

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s